MAROC -Oued- Zem : Oued- Zem une ville martyre marginalisée

24 ساعةالمغربسلايدر 1
21 مايو 2019wait... مشاهدة
MAROC -Oued- Zem : Oued- Zem une ville martyre marginalisée
رابط مختصر

La ville d’Oued-Zem, qui compte quelque 125.000 habitants, dont la
majorité des jeunes, souffre d’une marginalisation manifeste et criarde avec le manque d’une zone d’activité économique et d’opportunités d’investissements pour la création d’emplois et l’absorption du chômage.
Jadis qualifiée de « Petit Paris », la ville qui relève de la province de Khouribga n’a connu sa popularité qu’à travers sa révolte sanglante en août 1955 contre le colonialisme et son club fanion le Rapide Club d’Oued Zem( RCOZ) qui a réussi sa montée chez le gotha national au terme de la saison 2015-16 , après une longue attente de 90 ans, le club étant été créé en 1926 au temps du protectorat .
Mais les jeunes d’Oued-Zem souhaitent que la ville bénéficie davantage d’ intérêt de la part des décideurs nationaux et régionaux pour la sortir de sa léthargie et de son marasme aux niveaux socio-économique, culturel et artistique.
Si la ville a connu quelques projets vitaux dont l’éradication des bidonvilles, l’approvisionnement en eau potable , les branchements au réseau électrique , l’aménagement de la voirie urbaine, la population et surtout sa jeunesse aspirent à des actions majeures pour doter la ville de projets prometteurs susceptibles d’assurer son essor à l’instar des villes comme Khouribga , Fkih Bensaleh voire Boujaad.
Des activistes de la société civile évoquent certains projets en cours de réalisation dont un dispensaire et une école primaire et surtout la création, sur une terre collective, d’un nouveau souk hebdomadaire à la sortie de la ville a proximité de la route vers Fkih- Bensaleh. Ce nouveau marché hebdomadaire, qui remplacera l’ancien souk, sera construit sur une superficie de 11 ha 76 ares et 80 ca pour un coût global de 31 Millions Dh. L’ancien emplacement de l’ancien souk hebdomadaire suscitera probablement l’envie des promoteurs immobiliers en raison de sa position au centre de la ville.
Seulement, la population attend avec impatience l’aménagement de la zone industrielle bloqué depuis 30 ans environ en raison de procédures judiciaires. La gare ferroviaire d’Oued Zem, l’une des premières construites au Maroc, pourrait construire un atout pour la relance de l’activité économique de la ville si elle est exploitée à bon escient dans une région de Béni- Mellal – Khenifra, riche en produits agricoles et notamment en minerais dont les phosphates.
Les acteurs de la société civile s’interrogent sur le gel incompréhensible d’anciens projets, tels la Maison de la Culture, la régularisation de l’assiette foncière du quartier anarchique d’Al Massira , l’aménagement de marchés modèles et structurés pour la lutte contre la prolifération du phénomène des « ferrachas » et marchands ambulants .
Les jeunes chômeurs et désœuvrés, bien qu’ils trouvent une panacée dans les matches de foot que livre à domicile le RCOZ aspirent à la conception de projets de développement socio-économique pour sortir des affres du chômage, de l’émigration clandestine « Larig », de l’arnaque et de la sextorsion. Ils souhaitent aussi que l’agglomération soit dotée d’installations sportives de proximité et d’ un nouveau stade pour l’épanouissement de la jeunesse.
La ville s’attend aussi a l’amélioration de son aspect architectural et a une mise à niveau urbaine avec notamment l’aménagement de ses voies d’accès nord au niveau de l’échangeur vers Oued-Zem de l’autoroute Casa -Béni-Mellal et au sud à l’entrée de la ville venant de Fkih- Bensalah.

Kaddour Fattoumi

اترك تعليق

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.